RÉSUMÉ

2130

La Troisième Guerre mondiale fait rage au Moyen-Orient après des décennies de batailles intestines entre les différents pays musulmans. Lorsque les États-Unis décidèrent d’offrir leur aide à l’un des deux partis, le reste du monde n’eut pas d’autres choix que de suivre le grand pays occidental à ses côtés ou contre lui.


Florence et Samarah ne devaient pas se rencontrer. Leur monde avait tout pour les séparer. Elles étaient différentes sur tous les points, sauf un.


Et si au cœur de la guerre nous trouvions un sens à notre vie ?

Ce qu’ils en pensent…

Charlotte Lectrice

À la lecture du résumé on sent que cela ne va pas être facile pour Florence et Samarah !

Et effectivement, j’ai rapidement été plongée dans cette 3eme guerre mondiale. La chaleur accablante des terres afghanes, les déflagrations, les blessures de guerre, l’angoisse que tout peut s’arrêter … Quelle ambiance!

Ces 2 femmes, ont choisi volontairement de s’engager dans ce conflit, pour différentes raisons. Au fil des épreuves et rebondissements, on assiste à leur évolution, à leur changement…. Presque à leur transformation. Jusqu’à l’acceptation de ce qu’elles rejetaient. C’est aussi grâce à un entourage bienveillant, loin des diktats de leurs cercles familiaux ou culturels.

Ce sont deux héroïnes, à leur manière, qui vont apprendre à aimer et à s’aimer elles-mêmes. Et au fur et à mesure que nous les connaissons, qu’elles nous livrent leurs sentiments, on s’attache. On souffre de leurs situations, on vibre de l’attente, on tremble du rapprochement. Et, malgré les douleurs et les épreuves, on sourit.

L’alternance des points de vue est assez original, car il n’est pas complètement linéaire. Parfois on revit la même scène, mais avec les ressentis de chacune. Amusant et efficace!

Le plus dramatique, c’est de voir qu’en 2130 il y a toujours autant de sectarisme dans les religions, toujours autant d’homophobie, toujours autant de guerres violentes qui tuent tellement d’innocents. J’espère simplement que l’auteure n’est pas visionnaire !

J’ai retrouvé avec plaisir la plume drôle et sensible de Judith de Au-delà du Devoir et de Divin Enfer qui m’ont aussi beaucoup plu. J’ai une tendresse particulière pour Affronter sa mémoire que j’ai déjà lu 2 fois.Cette nouvelle histoire, est elle aussi dans ma PAR (pyramiiide à relire).

Et quelle belle couverture! Avec la puissance de ce regard, elle m’a fait penser au portrait publié en 85 d’une réfugiée afghane, qui a pu rentrer dans son pays 30 ans après la guerre.


tlw_0665vero

Cette 3ème guerre mondiale, qu’aujourd’hui tout le monde redoute, et que J. Gagnon place en 2130, est omniprésente, prégnante, violente. Elle fera se trouver Samarah et Florence puis elle les fera se perdre, avant de leur permettre de se retrouver de nouveau.


La peur est présente tout au long du récit, comme une espèce de voile qui recouvrirait tout ; les cœurs et les âmes, les bons et les autres, les braves et les peureux.


C’est confrontées aux peurs et aux dangers qu’elles vont grandir, se forger et s’accepter, prêtes à briser les conventions. Et pour, ça être deux, croire l’une en l’autre, avoir la confiance de l’autre et son amour, est la meilleure des armes. Elles deviennent la force l’une de l’autre et face à l’urgence que créé un champ de bataille, elles sont prêtes à se donner toutes les chances d’une vie meilleure.


Tout oppose tellement Samarah et Florence, que l’on se demande à quel moment, le poids des religions et des cultures, arrivera à les séparer. Il faudra toute leur volonté, toute leur énergie et leurs convictions pour faire vivre leur amour naissant. Elles vont affronter l’intolérance des croyances, l’horreur et la violence de l’homme qui se revendique garant de la vérité divine, les fous qui une arme dans les mains, ont l’impression de détenir le pouvoir ultime.


Autour d’elles, elles trouveront le soutien et la bienveillance qui les accompagneront et qui les protégeront.


Les épreuves vécues feront d’elles, des femmes peut-être meilleures, mais surtout différentes de celles qu’elles auraient été en ne partant pas à l’appel de leur destin, à la recherche d’elles-mêmes.


Lectrice inconditionnelle de Judith Gagnon, je suis, lectrice inconditionnelle de Judith Gagnon, je reste. Son style simple, percutant, parfois drôle est un régal. C’est fluide et la lecture est très agréable. J. Gagnon a écrit 8 romans, j’ai lu chacun des 7 premiers avec bonheur, ce petit dernier ne fera pas exception. Merci Judith Gagnon pour ces moments de lecture très très agréables.
#jelisjecommente